Maudit Kébri

Maudit Kébri



Importé d’Chine à ma sortie d’usine
Acheté 2euros 30 centimes par la maman du p’tit Kévin
Je me souviens d’ce jour un peu comme si était hier
Le p’tit devait fêter son 4ème anniversaire
Ma premiere étincelle alluma les bougies du môme
Ainsi qu’les boucles blondes de la tête de tata Simone

Après cet accident on me mit au placard
Kévin me retrouva seulement après six longues années
Avec l’idée en tête de faire exploser des pétards
Pour faire peur aux passants dans le p’tit parc de son quartier
Ma seconde étincelle brûla la mèche de l’explosif
Responsable de la perte de tout son système auditif

Refrain
Partout où je passe tout explose
Tout s’embrase, et tout part en fumée
Il faut toujours que j’casse quelque chose
Je crois que j’porte la poisse mieux vaut ne pas me gratouiller

Laissé dans le parc pour mort, puis ramassé par un marin
Qui me prit à son bord, cap vers l’horizon lointain
Mais quand mon capitaine décida d’allumer sa pipe
Ce beau voyage prit fin pour lui et toute son équipe :
Ma troisième étincelle embrasa la dose de tabac
Qui, emportée par le vent, fit flamber son fameux trois-mats

A la dérive pendant des s’maines à voyager au gré des vents
Je mis enfin « culot à terre » sur une belle plage de sable blanc
Tout près d’un groupe de Ganjamen
Et d’une bande de narco-trafiquants
En train de gérer leurs affaires à l’abri du regard des gens
Ma quatrième flamme leur servit à goûter la came
2 Secondes plus tard, le drame :
ils étaient cernés par les gendarmes

Refrain
Partout où je passe tout explose
Tout s’embrase, et tout part en fumée
Il faut toujours que j’casse quelque chose
Je crois que j’porte la poisse mieux vaut ne pas me gratouiller

Mon nouveau proprio était un véreux commissaire
Qui s’fournissait en dope lors des saisies de son bureau
Une petite boule d’opium posée dans l’fond de sa cuillère
Paré pour un bon trip pour décompresser du boulot
Ma cinquième étincelle d’vait l’attaquer juste mentalement
Mais une fuite de gaz me fit faire sauter tout l’appartement

Le souffle de l’explosion me propulsa par la fenêtre
En dessous passait un cureton… Pof ! en pleine tête !
Il m’mit tel quel dans sa soutane,
Et prit l’chemin de la chapelle
Près de l’autel une vieille dame
Entre 4 planches et deux chandelles
Mon ultime étincelle eu l’temps d’allumer les bougies
Juste avant que l’curé n’se prenne les deux pieds dans l’tapis

Sur le cercueil encore ouvert, il s’étala de tout son long
En emportant dans son élan l’un des chandeliers funéraires
J’ter d’l’eau bénite sur la grand-mère,
C’t’ait comme pisser dans un violon
Un autre abbé bien plus malin,
Ferma l’couvercle pour couper l’air
Je n’f’rai plus d’étincelles, je n’ferai plus de dégats
Depuis ma mise en bière je broie du noir 6 pieds plus bas

Refrain
Dans ma tombe il s’passe pas grand chose
Pas une phrase, tous mes voisins restent muets
La vieille à côté d’moi se décompose
Ici c’est trop l’angoisse, je vous en prie venez m’chercher !


Comments are closed